Navigation – Plan du site

Editorial

Du global au local
Andrée Tabouret-Keller
p. 1-3
Traduction(s) :
Editoriale

Texte intégral

1La population mondiale s’élève à 7,2 milliards en 2014, aujourd’hui un homme sur deux vit dans une ville, une vingtaine d’agglomérations comptent plus de dix millions d’habitants. Il est courant d’estimer à 6 000 le nombre de langues parlées actuellement sur terre mais il est moins courant de savoir que 96 % de ces langues ne sont parlées que par 4 % de la population mondiale, de plus l’on prévoit que la moitié de ces langues disparaitraient d’ici la fin de ce siècle. Généralement, de telles prévisions sont assorties de commentaires sur l’hégémonie en marche de l’anglais et sur l’omniprésence du plurilinguisme. En ce premier quart du vingt-et-unième siècle, ces prévisions sont mises en rapport avec deux changements qui affectent les modes de vie de l’humanité toute entière : le règne des modalités informatiques du traitement des connaissances et la mondialisation des échanges tant interhumains que techniques. De telles visions du monde sont d’un caractère général, difficiles voire impossibles à vérifier : c’est le niveau global. C’est bien ce qui est à l’avantage d’une revue modeste comme la nôtre : face à la généralité extrême des prévisions à ambition mondiale que nous venons de rappeler, elle porte le témoignage indispensable du particulier, de ce que nous avons quotidiennement devant les yeux : c’est le niveau local. Prévisions générales, expériences quotidiennes uniques, deux extrêmes d’un même éventail.

2L’arrivée massive de migrants en Europe – il est question de plus d’un million fin 2015, dont la moitié fuyant la guerre en Syrie – pose d’immenses problèmes à la fois politiques, économiques et humanitaires, la presse quotidienne en déborde. Parmi les derniers se pose le problème de l’intégration linguistique des migrants dans leur pays d’accueil et plus étroitement dans leurs sociétés : il est par exemple abordé dans les travaux de l’unité de politique linguistique du Conseil de l’Europe (27 états membres) Linguistic integration of adults migrants (LIAM) qui va tenir un symposium sur les enseignements de la recherche dans ce domaine du 30 mars au 1er avril 2016, nous en rendrons compte en temps voulu ; voir ici même le rapport de Penelope Gardner-Chloros et alii. Qu’en est-il des enfants d’âge scolaire ? Parmi ces migrants récents, le pourcentage d’enfants de moins de 14 ans serait de 27 %., la question de l’intégration scolaire de ces enfants n’est pas de celles qui sont posées le plus souvent et de la manière la plus urgente.

3Le Conseil de l’Europe est profondément impliqué dans le traitement des questions posées par de telles situations : avec sa Division des Politiques Linguistiques il a élaboré dès les années 1990 la Charte Européenne des langues régionales et minoritaires. Cette dernière précise les principes qui devaient orienter les politiques linguistiques des 24 pays membres alors : elle confère des droits spécifiques à des groupes de locuteurs de langues régionales ou minoritaires à l’intérieur des territoires où ces langues sont pratiquées. Rédigée en 1992, elle est entrée en vigueur en 1998. Elle oblige les états signataires à reconnaitre les langues régionales en tant qu’expression de leur richesse culturelle. La France l’a signée en 1999 elle fait partie avec l’Italie des pays qui, ayant signé la Charte, ne l’ont pas ratifiée. En France, l’actualité (octobre 2015) a remis la ratification de la Charte sur le tapis par des manifestations publiques en faveur des langues régionales et par un projet de loi constitutionnelle destiné à en permettre la ratification. Sans pouvoir entrer ici dans le détail des opérations, une motion de procédure a abouti à rejeter toute délibération sur le texte avant même qu’il puisse être examiné, la langue française étant constitutionnellement la langue de la République (article 4 de la constitution de la République).

4Plus récemment, le Conseil de l’Europe a défini des cadres de référence pour les langues, tels que le Cadre Européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer (CECR, Strasbourg, 2001), ou encore Apprendre et enseigner dans la société de communication (Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2005) et aussi le CARAP, Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures (Strasbourg, Conseil de l’Europe, 2007). De tels textes se situent au niveau global des principes généraux qui pourraient s’appliquer autant aux langues minoritaires qu’aux situations des migrants et ont donné lieu à maintes discussions comme celles toute récentes par Yannick Lefranc, « Le Français Langue d’Intégration et le droit à la langue du pays d’accueil. Remarques sur un révélateur et un ’politiseur’ de débat » (Cahiers du Groupe d’études sur le plurilinguisme en Europe, Strasbourg, août 2015), de Jean-Marie Prieur « L’empire des mots morts. Lisons le CDERC comme un cauchemar » (février 2016, revue.org), ou encore à des dossiers d’information comme le dossier réuni dans la revue Migrations Société « éducation à la diversité et langues immigrées : expériences européennes » (vol. 27, n° 162, 2015) qui veut contribuer à la formation de connaissances concernant l’éducation plurilingue en en faisant connaître les fondements scientifiques, les modalités politiques et les effets dans différents situations européennes (Allemagne, Belgique, Grand Bretagne, Grèce, Portugal). C’est à ce point que la place, la fonction et les apports d’éducation et sociétés plurilingues/Educazione e societa’ plurilingui sont à souligner : numéro après numéro, la parole est donnée à ceux qui ont directement à faire face aux multiples problèmes du plurilinguisme, ceux que posent les places prises – octroyées ou refusées – par la pluralité des langues dans les sociétés, les préjugés à leur égard, leur exploitation politique, plus particulièrement dans les écoles.

5Abonnez-vous, ré-abonnez-vous ! écrivez ! Nous avons le souci d’être lus, nous avons le souci de lire vos témoignages !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Tabouret-Keller, « Editorial », Éducation et sociétés plurilingues, 40 | 2016, 1-3.

Référence électronique

Andrée Tabouret-Keller, « Editorial », Éducation et sociétés plurilingues [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 28 octobre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://esp.revues.org/749

Haut de page

Auteur

Andrée Tabouret-Keller

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIEBP

Haut de page
  • Logo CIEBP (Centre d'Information sur l'Education Bilingue et Plurilingue)
  • Les cahiers de Revues.org